Vulgariser ses recherches, retour sur quelques expériences

 

Je suis rentrée dimanche d’un festival organisé par des étudiantes en médiation de la musique qui m’avaient sollicité pour que je vienne y présenter mes recherches. L’expérience m’a donné envie de revenir sur l’acte de vulgarisation.

Ce n’était pas ma première expérience de ce type ; en effet, je travaille sur des festivals amateurs mais dont les publics et les organisateurs disposent généralement d’un certain capital culturel. Beaucoup font ou ont fait des études supérieures et quand ce n’est pas le cas, ils possèdent généralement tout de même de bonnes connaissances des théories féministes ; connaissances généralement acquises par auto-formation ou échange de savoirs au sein de collectifs. De cette manière, plusieurs des festivals allemands sur lesquels portent ma thèse bénéficient de partenariats avec des laboratoires de recherches, des départements universitaires ou des associations étudiantes. Les travaux que je produis et mon regard académique sur les scènes punk-féministes intéressent donc les individus et les groupes que j’observe.

J’ai ainsi déjà été sollicitée pour participer à des tables rondes, écrire des articles dans des journaux ou des fanzines féministes. Ce ne sont d’ailleurs pas là mes premières expériences de vulgarisation scientifique, puisqu’en 2016-2017, alors que j’étais en Master, j’étais déjà engagée dans l’écriture d’un article publié dans le Périscope, la revue des jeunes chercheur-e-s en arts et sciences sociales de l’Université de Lorraine. L’article en question portait alors sur mon travail de chargée de mission en développement de projets socio-éducatifs que j’effectuais dans une MJC de l’agglomération messine. J’ai par la suite rejoint le comité éditorial de la revue, lors de mon entrée en doctorat. Ce ne sont bien sûr par là les seuls moyens de vulgariser une recherche, les autres incluant par exemple la réalisation de vidéos, de podcasts, d’articles pour la presse grand public, d’expositions, et j’en passe.

Qu’est-ce que j’ai retenu de mes différentes expériences ? J’enfoncerai ici quelques portes ouvertes. Mes propos n’apporteront sans doute rien aux spécialistes de la vulgarisation scientifique, ils sont davantage le récit d’un parcours personnel fonctionnant par essais-erreurs (je n’ai pour l’instant jamais suivi de formation dédiée à la question, bien qu’il me semble que mon école doctorale en propose une), pouvant éventuellement servir de conseils à destinations de grands néophytes.

Les conseils de base que l’on donne à qui voudrait présenter une version vulgarisée de ses recherches à un public non-universitaires comprennent généralement : rester synthétique, ne pas surcharger son propos de références, ou encore expliquer, donner une définition des termes complexes, ne pas jargonner. Ces conseils constituent bien sûr des bases importantes, pour autant il ne faut pas s’y limiter et prendre le risque de resservir la même formule à chaque fois.

S’adapter au public

Bien sûr, ce conseil semble évident. En pratique, il l’est parfois moins. Certains supports ont des publics assez définis. J’ai par exemple publié un court article dans la revue En Marges! ; à la présentation du site, il apparait plutôt évident que le lectorat de la revue est familier des questions de genre. À l’inverse, on a pu me demander, lors d’une de mes présentations orales de préciser la définition de termes comme “hétéronormativité” ou même “LGBTQ”, alors même que celle-ci se déroulait dans un événement qui mettait le féminisme au cœur de son discours. Cela n’est bien sûr pas un mal en soi ; seulement, j’avais quant à moi mal évalué les connaissances avec lesquelles partaient le public auquel je m’adressais. Il faut donc dans certains cas réajuster son discours – parfois en dernière minute, au rythme des questions qui nous sont posées – à l’audience à laquelle on s’adresse. Cela n’est pas spécifique à l’oral : les équipes éditoriales peuvent également donner ce genre d’indications pour ce qui est des articles de vulgarisation.

Adapter le discours au format

Comme je l’ai dit, mes premières expériences avec la vulgarisation sont passées par un support écrit. À mes yeux, celui-ci présente plusieurs avantages : s’il faut certes rester concis, à l’écrit il est toujours possible de renvoyer les lecteurs les plus curieux vers des sources extérieures aux propos plus développés. Même si je ne l’ai jamais pratiqué directement, j’imagine que cela est également possible avec d’autres supports, comme les vidéos de vulgarisation diffusées sur YouTube (ou toute autre plateforme). Ces références externes viennent appuyer notre propos, l’enrichir ; de plus, elles donnent parfois à voir les dessous de notre réflexion. À qui emprunte-t-on quoi ? Et si cela n’intéresse pas le lecteur, il peut très bien passer outre.

À l’oral, cela n’est plus vraiment possible ; on prendrait alors le risque de perdre l’auditeur en le noyant sous des références académiques qu’il n’a pas le temps de saisir. D’autant plus que lors de mes expériences de conférences ou tables rondes “grand public”, le temps de parole était plutôt limité (généralement autour d’une quinzaine de minutes). Si à l’écrit il m’apparaît important, même dans un article de vulgarisation, de dire deux mots sur ma méthodologie et bien sûr citer mes références (sans quoi il y aurait plagiat), à l’oral, je m’en tiens au fait : je décris mon terrain de recherche (j’explique ce que sont les festivals punk-féministes et quelle est leur histoire) et je donne mes résultats les plus intéressants selon le contexte dans lequel j’interviens.

Les auditeurs les plus expérimentés ou les plus intéressés pourront quant à eux me poser des questions permettant d’approfondir plus spécifiquement un aspect ou l’autre du sujet…

L’importance de la discussion

C’est donc ici qu’intervient cette dernière partie. Échanger avec son public me semble particulièrement important, en particulier dans le cas d’une intervention orale. Les conférences sans échanges laissent un goût d’inachevé. Tout d’abord, cela permet de dynamiser la présentation en donnant un rôle actif à l’audience qui, dans certains types de contexte, n’est pas venue prioritairement pour assister à une conférence, soit-elle de vulgarisation (je l’ai dit, je suis par exemple intervenue dans des festivals, événements durant lesquels le public se déplace surtout pour assister à des concerts).

Rendre ce rôle actif au public permet aussi de ne pas perdre son attention en déroulant un discours qui lui serait inadapté : s’il se sent à l’aise d’intervenir, interrompre, demander des précisions, cela nous permet de réajuster notre discours, comme je le mentionnais en première partie.

La discussion n’est pas seulement possible lors de présentations orales ; internet peut aussi devenir un support d’échanges privilégiés autour de contenus de vulgarisation (vidéos, articles, infographies, ou autres), que ce soit directement sur la plateforme d’hébergement du dit contenu, par le biais de commentaires (mais encore faut-il les suivre, ce qui n’est pas forcément automatique quand un article est publié sur un site dont on n’est pas administrateur), ou grâce à une diffusion sur les réseaux sociaux. Enfin, ces échanges peuvent également nous permettre de recueillir de nouveaux points de vue, et les regards extérieurs au monde académiques sur nos recherches peuvent eux aussi se révéler particulièrement enrichissants. Et si la discussion “organisée” est importante, les échanges informels en face à face qui adviennent parfois par la suite le sont tout autant !

Sans doute ces quelques réflexions se verront, quant à elles, enrichies de discussions ou d’expériences futures !



Citer ce billet
Louise Barrière (2019, 8 mai). Vulgariser ses recherches, retour sur quelques expériences. Three chords politics. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://3chordspol.hypotheses.org/13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search